Chez un fabricant de cigarette électronique

La e-cigarette au banc d’essai

Le 15 décembre 2014.

« Un an de vapotage est moins dangereux qu’un jour de tabac », c’est ainsi que le professeur Bertrand Dautzenberg, président de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT), a tranché sur les risques de la cigarette électronique sur la santé, jeudi 11 décembre, lors d’une journée sur le sujet, organisée par le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE). Au-delà du raccourci, il y a consensus pour dire que les risques de vapotage sont bien moindres que ceux du tabac.

Pour autant, les avis sont souvent tranchés sur le sujet. Il existe toutefois peu d’études sérieuses sur l’innocuité du produit à long terme. Et celles qui existent sont parfois mal interprétées, comme cette étude japonaise à qui on a récemment fait dire, à tort, que l’e-cigarette était plus cancérigène que le tabac.

Lors de l’ouverture en France, en 2010, de la première boutique de cigarettes électroniques, personne n’avait anticipé un tel engouement. Le nombre de vapoteurs réguliers frôle les 2 millions, selon les chiffres de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé. Douze millions de personnes l’auraient essayée… Même si le marché arrive aujourd’hui à saturation – on compte 2 500 magasins –, les ventes de produits du tabac ont reculé de 5,6 % sur la période de janvier à fin novembre, après une baisse de 6,2 % en 2013, selon les chiffres de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT). De même, les ventes de traitements à l’arrêt du tabac ont chuté de 29 % sur la période de janvier à octobre 2014, par rapport à 2013.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/12/15/la-e-cigarette-au-banc-d-essai_4540799_1650684.html#uB0D0pUGlJ8P0JPw.99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *